De l'or en barres !

Publié le par Xe

Au grand désespoir de mes deux fils, j'exprime le manque d'ingéniosité basique de l"homme moderne", par cette question : <Qu'aurait fait Cromagnon ?>
Depuis les silex taillés, la singularité
de l'animal que nous sommes sont les "TRUCS". Nous sommes des inventeurs. Notre savoir faire, nos connaissances, nos découvertes sont le résultat de notre capacité à profiter de nos échecs, des petits hasards du quotidien, de l'inventivité de la nature, pour chaque jour être plus "intelligent" qu'hier.

En cette nouvelle période de crise financière, résultat de spéculations inhumaines, abstraites, non écolo-durable, je suis de plus en plus fier d'amasser et d'utiliser tous mes "trucs", et d'en vivre...
La gageure étant de faire beaucoup avec presque rien !  Dans une certaine idée d'autosuffisance pour la décroissance économique.

Ce truc là, je le "cultive" et le diffuse depuis l'automne 1998 ! Je le tiens d'un couple de vieux jardiniers du sud de Rennes. Vos endives semées au printemps, bien entretenues tout l'été et l'automne sont bichonnées pour se transformer en or tout l'hiver, SANS FATIGUE, SANS TRACAS, SANS UN BESOIN DEMESURE DE MOYENS OU DE LOCAUX ! Les techniques traditionnelles de blanchiment de l'endive en cave ou sous tunnel sont fastidieuses, hasardeuses et aboutissent à des endives salies par le terreau !

Ma technique : un seau, 15 cm de caillou au fond du seau, vos racines d'endives prélevées en nombre voulu pour emplir le sceau. Vous couper les feuilles à 1 cm du collet, vous couper la racine pour que les collets de l'ensemble de vos endives soient au même niveau que le bord du seau. Je nettoie mon seau, je laisse "réssuyer" les racines dehors une nuit, même en plein hiver, (protéger en cas de gel important), et le lendemain je les place dans leur cachette, dans le noir total, (un bas de placard de salle d'eau à la t° moyenne de 19°, réservé à cet effet chaque hiver). J'emplis le seau d'eau jusqu'aux collets des endives, et...

14 jours plus tard, le spectacle m'émeut à chaque fois, pour moi cela vaut tout l'or du monde :
Ce seau est le troisième de l'hiver, le reste des racines encore en pleine terre en donnera un quatrième. Une belle saison! Avec la mâche semée selon les bons conseils de Tonton Jo, nous n'avons pas acheté de salade de l'hiver et en avons mangé tous les jours !

A+ Xe


 

Publié dans Jardin & JardinForêt

Commenter cet article